Comment fonctionne le système de retraite et de prévoyance en Suisse ?

La Suisse a instauré un système bien détaillé qui permet de prévoir et de vivre sereinement sa retraite. Elle repose sur trois piliers dont les deux premiers sont obligatoires et le troisième facultatif. Dans une grande majorité des cas, il est important de souscrire à ce troisième pilier, pour s’assurer d’un revenu complémentaire, qui permettra de conserver une bonne qualité de vie. Voici un aperçu du système de retraite et prévoyance en Suisse.

Se protéger

Selon le travail que nous effectuons au cours de notre vie, les revenus de retraite pourront varier d’un individu à un autre. Comme nous le verrons ci-bas, le système suisse offre une bonne protection garantie et obligatoire. Cependant, une assurance-vie troisième pilier est recommandée, si ce n’est que pour s’assurer que nous pourrons vivre de manière paisible, une fois notre vie professionnelle terminée.

Studying Life Insurance Policy
Une assurance-vie troisième pilier est recommandée

1er pilier : l’AVS

Si l’on veut expliquer l’AVS en une seule phrase, on peut dire qu’elle existe pour compenser, tout au moins en partie, à la perte de revenu qui aurait lieu suite à une cessation d’activité (retraite, invalidité ou décès d’un conjoint). L’assurance-vieillesse, survivant est obligatoire pour tous les citoyens Suisses, mais aussi pour les étrangers qui y travaillent, sur une base régulière, tels que les frontaliers. Les cotisations débutent dès l’âge de 17 ans et sont payées 50/50 par l’employeur et l’employé.

2e pilier : la prévoyance professionnelle

L’objectif du deuxième pilier est simple : venir en complément du premier. Lorsque l’on ajoute le montant de couverture de la prévoyance professionnelle à celui de l’AVS, on se doit d’arriver à plus ou moins 60 pourcents des revenus procurés, lors du dernier salaire payé au travailleur. Le taux de cotisation est proportionnel au salaire de base. Certaines entreprises peuvent être responsables d’une plus grande partie du paiement. Dans un tel cas, l’employé devra payer une part minimale, établie par la loi.

3e pilier : la prévoyance individuelle

Comme nous l’avons expliqué en début d’article, la prévoyance individuelle est facultative. Elle vient s’ajouter aux deux assurances précédentes, afin d’augmenter le revenu mensuel disponible, une fois que la personne se trouve à la retraite. Les produits compris dans la prévoyance individuelle prennent la forme de comptes en banque, d’assurances ou d’autres formes provenant de ces deux secteurs. Il faut donc communiquer avec son institution bancaire, ou le groupe qui nous assure pour d’autres produits, afin de discuter des différentes options qui sont disponibles et qui viendront en renfort aux deux piliers précédents.

Sending
Cet article vous a été utile ?
5 (2 votes)